Toujours se tenir prêt

Il n’y a pas de garde à proprement parler en aïkido. Ce qui compte est la disponibilité. Nous cultivons donc le Mu Kamae, l’art d’être disponible sans paraître. Notre ennemi n’est pas celui qui nous attaque, notre ennemi c’est ce qui nous divise au point que lui soit venu l’idée de m’attaquer. La tentation de la division est aussi présente en moi et je dois faire en sorte qu’elle soit remplacée par le sentiment d’unité, l’harmonie qui ne fait qu’un. Ce n’est donc pas en me mettant en garde, dans la position agressive de celui qui va s’opposer à l’énergie de mon partenaire que je pourrai cultiver cette harmonie. Mon kamae est donc présent mais transparent, détendu, disponible, je ne suis pas en garde, je prends garde, et nul ne doit savoir si je suis en train de penser, si je me prépare à recevoir ou à donner une attaque. Je remplis l’espace d’une présence tranquille. Et cela commence dès l’entrée sur le tatami.

L’aïkido, respiration de la vie

Dans la pratique de l’aïkido, le souffle est primordial. Bien sûr il y a le souffle de nos poumons, la libre circulation de l’air, le va-et-vient de l’énergie à l’intérieur de notre corps pour oxygéner les cellules. Bien respirer, de la bonne façon et au bon moment est indispensable à une pratique souple et harmonieuse. Mais la simple respiration physique ne suffit pas. Le flux et reflux qui agit à l’intérieur de nous doit être compris comme une énergie plus grande que nous. La terre tourne, les arbres poussent, les océans dansent leur balais aquatique par le mouvement des marées. L’énergie que le pratiquant utilise dans ses mouvements, s’harmonisant à ceux de son partenaire, ne lui appartient pas vraiment. Il doit se laisser traverser par ce flux tout en veillant à ne pas contracter ses muscles, ne pas marquer de temps d’arrêt, ne pas interrompre le cours des choses, ne pas chercher à enfermer l’énergie dans ses mains, dans ses bras. Même la volonté acharnée de réussir peut créer une crispation inutile et néfaste à la libre circulation du souffle. Tout à coup l’aïkidoka réalise qu’il travaille en apnée, que sa respiration ne suit pas le cours naturel. Alors il faut reprendre, tranquillement, faire descendre la respiration à l’étage ventral et petit à petit, libérer les épaules, les poumons, le plexus… Le corps se décontracte et enfin le souffle prend sa véritable signification.

Présentation des membres du dojo: Kean

Chaque semaine vous pourrez faire connaissance avec un membre de notre dojo et ainsi comprendre ce que l’aïkido peut apporter à chacun. Aujourd’hui: Kean.

Je m’appelle Kean, je suis étudiant en ingénierie biomédicale et ancien gymnaste de haut niveau. J’ai un quotidien bien rempli entre travail, études et projets personnels mais malgré tout j’ai su trouver du temps pour pratiquer cet art martial et aujourd’hui plus qu’une opportunité c’est devenu un besoin. Je pratique l’aïkido assidument depuis maintenant deux ans, ce qui encore très peu, mais cela m’a permis de beaucoup progresser. Pourquoi l’aïkido ? Par le hasard de la vie mais pas seulement. J’ai essayé beaucoup d’autres disciplines mais aucune n’a su attiser autant ma curiosité et me déstabiliser que l’aïkido en offrant une voie plus durable que les sports faits de force ou de rapidité que je pratiquais pour repousser mes limites physiques. Pour moi, l’aïkido est une recherche de présence. Je cherche à aiguiser mon esprit tout en préservant mon corps au travers de postures naturelles, efficaces, mais aussi en mobilisant diverses qualités mentales : concentration, lâcher prise, créativité…  Finalement l’aïkido est pour moi une source d’apaisement parce qu’il permet de travailler sur moi-même et offre des perspectives de progression qui ne se heurtent plus aux limites physiques. De plus, ces séances me permettent de me déconnecter du reste du quotidien sans pour autant ajouter à la fatigue de la semaine.